INFOVRAC mars 2017 : Transport pneumatique : une station qui ne manque pas d’air !

La société NEU PROCESS a conçu un centre d'essais situé à La Chapelle-d'Armentières (Nord) qui permet, entre autres, de simuler des procédés utilisant le transport pneumatique. Zoom sur le pilote Neustrac qui constitue un véritable outil d'aide à la conception des installations des industriels manipulant les poudres et granulés.

Le CEFAN (centre d'essais et de formation en aéraulique Neu) est constitué de quatre parties : une zone dédiée aux travaux pratiques pour les formations en aéraulique, un pilote de manutention pneumatique baptisé « Neustrac », un pilote de transport pneumatique de déchets, dépoussiérage, aspiration centralisée haute dépression et un atelier de prototypage et de test des composants de la marque (écluses rotatives, aiguillages, filtres...). « Les essais que nous réalisons pour nos clients au sein du pilote Neustrac ont pour objectif de valider la faisabilité d'un projet, de trouver les meilleurs paramètres de transport afin de limiter l'énergie consommée ainsi que l'attrition du produit [dégradation des particules lors de leur transport dans un tuyau, NDLR]. Ce pilote est également utilisé en interne pour la formation des nouveaux embauchés et pour le développement et la validation de nos composants », témoigne Thierry Destoop, directeur technique de l'entreprise Neu Process.

DETERMINER LE MEILLEUR COMPROMIS PERFORMANCES-ENERGIE

Le pilote Neustrac vise a analyser le comportement d'un produit ou d'un mélange de produits lors de son transport pneumatique afin de définir la méthode de transport la plus adaptée (phase de transport, vitesses, taux de charge...). « Plus précisément, les essais réalisés pour nos clients ont généralement pour objectif d'analyser le diagramme des phases, de la phase dense à la phase diluée, afin de trouver le meilleur compromis performances/énergie pour un produit donné. Ils analysent également le phénomène d'attrition en comparant un échantillon de produit avant et après transport (modification de la courbe granulométrique, la masse volumique en vrac, la forme des particules...) », explique Thierry Destoop. Les tests ont aussi pour objectif de définir l'influence d'un additif, d'un catalyseur, de l'humidité, de la composition d'un mélange sur les performances, la coulabilité, le phénomène d'encrassement ou encore de ségrégation.

UN CIRCUIT ADAPTABLE ATTEIGNANT PLUSIEURS CENTAINES DE METRES

Aussi, l'installation teste le transport des produits en vrac, poudres et granulés (aspiration ou refoulement, phase diluée ou dense.,) en utilisant différentes techniques d'introduction du produit dans le circuit de transport (écluse rotative, réservoir d'expédition...). Les circuits de transport pneumatique ont une longueur variable (20, 60, 110 ou 220 mètres) selon la position des aiguillages se trouvant sur les circuits. « Nous avons la possibilité de configurer ces circuits grâce à une série d'aiguillages à passage intégral. D'autres longueurs sont possibles pour des essais spécifiques », souligne le directeur technique. Des injecteurs sont installés tout le long du circuit et peuvent être pilotés suivant une stratégie propre et pour un produit particulier. Diverses techniques d'introduction du produit sont testées dans le circuit de transport (écluses rotatives, réservoir d'expédition, vis d'Archimède...). Le montage des tuyauteries avec brides à emboîtement garantit l'alignement de la tuyauterie et la non-rétention de produit, différents capteurs de pression permettant d'isoler les pertes de pression dans les tronçons horizontaux, verticaux et dans les coudes.

DES PRODUITS RECEPTIONNES EN BIG-BAGS ET EN SACS

Une grande palette de produits est étudiée dans les domaines de l'industrie minérale, alimentaire, chimie organique... « Toutefois, nous refusons de tester les produits classés CMR (cancérogènes, mutagènes, génotoxiques...), radioactifs, et certains produits très fins, en dessous du micron », relève Thierry Destoop qui ajoute : « Nous recevons les produits de nos clients soit en big-bags de 500 litres à 1m3 (un poste de vidange avec son monorail et un treuil est intégré), soit en sacs (par le biais de deux postes de vidange). La réception du produit se fait dans un cyclofiltre sur pesons, équipés d'un filtre à poche de type NFP et d'un évent d'explosion de marque Fike. Nous avons également la possibilité de nettoyer des granulés dans un élutriateur de type R5T, après transport pneumatique »

20 A 30 CAMPAGNES D’ESSAIS PAR AN

Il est à noter que le volume des échantillons varie selon le type d'essai. Un échantillon de 20 litres minimum est requis pour une simple caractérisation, alors qu'un échantillon de 500 litres minimum est nécessaire pour des essais de transport pneumatique. L'archivage des produits testés a ensuite lieu grâce à une base de données MS-Access regroupant les caractéristiques de mille produits dans le laboratoire du centre.

Cette base est enrichie toutes les semaines par de nouveaux produits caractérisés.
« Depuis son inauguration en 2014, nous réalisons entre 20 et 30 campagnes d'essais par an. En 2017, nous envisageons également l'investissement de nouveaux moyens de caractérisation des produits : analyse morphologique en 3D des particules, nouveau test de coulabilité », ajoute le directeur technique en guise de conclusion.

Source : Janis-Mazarguil, C. (Mars-Avril 2017) Transport pneumatique : une station d’essais qui ne manque pas d’air, INFOVRAC, N°207, pp.44-46